• BREVE : un bouquin dépravé au possible pour les enfants, par Yves St Laurent

     

     

    51EBRMA7CMLLa Vilaine Lulu, c’est le nom du bouquin, édité en édition collector pour la modique somme de 190€. La première version de cette BD de 96 pages en noir, blanc et rouge, daterait de 1957, quand YSL a crée ce personnage de gamine qui devient de plus en plus perverse, au point de sacrifier des bébés et de prostituer ses copines.


    L'idée de la vilaine Lulu serait venue à YSL quand il regardait un de ses collaborateurs, dont il se moquait, disait-il, dans la BD. Celle-ci a été éditée une première fois en 1967, puis réeditée en 2002 dans une édition à 550 € tirée à 500 exemplaires seulement, puis en 2010 aux éditions La Martinière, pour la modique somme de 19€ (à l'époque, le magazine Elle disait que la BD était "la plus fashion du moment"... En effet, beaucoup de commentateurs (sinon tous dans les médias commerciaux) disent qu'il s'agit d'une simple critique sociale, ironique etc.

    Je ne laisserais pourtant jamais un enfant approcher d’un tel bouquin, malgré les commentaires fort élogieux qu'on peut lire sur les sites des éditeurs et ailleursExtraits choisis :

    « Personnage politically not correct, en phase avec la légèreté des années 60 qui a bien inspiré Yves Saint-Laurent, dont le coup de crayon est plutôt efficace dans le portrait caricatural qu'il dresse d'une femme et aussi d'une génération. Les situations mettant en scène Lulu font partie de la vie quotidienne, avec leur dose d'exceptionnel, des allusions à des vedettes de l'époque, des jeux de mots faisant référence à des marques (Dorothée Bis devient Gertrude Bis et Ted lapidus Tedy Lapidouze). Un album rempli de fraîcheur et de pétillant, dont je n'avais que très peu entendu parler avant la réédition (identique à l'original) chez Sand et Tchou ».

    Il ne s’agit pas d’un « portrait caricatural », et les scènes ne font heureusement pas du tout partie de la « vie quotidienne » des gens normaux, ou à peu près normaux. Cet album n’est pas « rempli de fraîcheur et pétillant », au contraire il donne plutôt envie de vomir. D'autres ont qualifié cette publication de "mordant et drôle", comme on le voit sur le site de la FNAC, qui présente la BD:

    "La vilaine Lulu est une petite fille espiègle qui vit des aventures la menant de l’école à la télévision, de New York auxLULU3_190149 colonies de vacances, du monde de la mode à Dijon. Elle porte un regard drôle et ironique sur le monde curieux dans lequel vivent les adultes qui l’entourent.
    Dans un style naïf, presque enfantin, Yves Saint Laurent se moque parfois avec cruauté, souvent avec humour, toujours avec intelligence, de ses contemporains, de ses proches, du milieu de la mode et des mœurs de l’époque. L’ensemble est mordant et drôle, et n’a pas pris une ride".

    Les auteurs auraient pu préciser que les scènes racontées et illustrées sont d'un rare sadisme, au point où on se demande s'ils ont seulement ouvert le bouquin. Une chose est sûre, il plaît beaucoup si on en juge par le nombre de rééditions de cette BD vieille de plus de 50 ans.

    Comme par hasard, depuis une semaine, les blogs critiquant ce machin et les vidéos explicatives ne sont plus disponibles sur Internet, suite à « une réclamation pour atteinte aux droits d’auteur soumise par la Foundation Pierre Bergé Yves Saint Laurent », précise Youtube.

    On en trouve heureusement encore quelques versions, mais apparemment les vidéos sont souvent effacées des sites Youtube et Dailymotion, mais republiées par les internautes:

    Dans cette BD, les enfants peuvent ainsi voir des sacrifices humains et même de bébés en offrande à Vénus: des sacrifices de bébés démembrés dont les corps sont jetés au bas d'un autel,  l'égorgement d'une jeune fille ligottée, des enfants torturés et d'autres jetés dans un gros chaudron, l'enlèvement de gamines par Lulu à la sortie de l'école, pour ensuite les attacher sur un lit et les torturer ou pour les pendre.

    Lulu affiche toujours un sourire radieux durant ces scènes, et réutilise les cheveux des enfants pour en faire des coussins pourlulu182522 son rat, son animal de compagnie. Elle recrute aussi d' "énormes lutteurs" pour piétiner les enfants "afin de les rendre souples et minces", empoisonne des bébés, envoie les petites filles qu'elle prend dans les écoles chez un émir dont le harem est rempli... Lulu, qui a en fait plusieurs personnalités dans le bouquin, tombe amoureuse d'un pompier et décide de brûler sa rivale amoureuse. 

    Ensuite, elle prend le pouvoir mondial et même au sein de l'Eglise en tuant le pape.

    Bref, rien d'enfantin là-dedans, juste un condensé d'histoires toutes plus sadiques les unes que les autres. Etrangement, ce que j'ai pu voir de ce livre ne m'a pas du tout fait rire.

    D'aucuns estiment qu'il s'agit même plutôt d'un manuel d'initiation satanique, ou parlent d'un "conte satanique contemporain"... Qui était présente lors de la rétrospective Yves St Laurent qui a eu lieu en 2010.

    Qui marche apparemment très bien au Japon, où il a été édité sous le nom "otemba Lulu", et où un site Internet lui est consacré.

    lulu209Bref, à chacun de se faire son opinion, mais le fait qu'un tel bouqin ait été publié, et surtout qu'il soit destiné officiellement à des enfants, pose de véritables questions. Imaginons deux minutes une maîtresse d'école lire ce genre de truc à des gamins de maternelle ou primaire, et demandons nous comment on réagirait en tant que parents. Non, ce livre est destiné aux adultes, adeptes d'humour nir, dirons-nous.

    Pour terminer, on va conclure avec la petite note rédigée à la fin de la BD: " Toute ressemblance avec des personnes qui existent ou qui ont existé est parfaitement voulue".

    source: http://dondevamos.canalblog.com/archives/2011/06/25/21481629.html

     


    3 commentaires
  • Facebook une base de donne de la Information Awareness Office

    RÉCUPÉRER SUR MES ANCIENS BLOGS

    Information Awareness Office

     

    Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

     

    Blason du Information Awareness Office.

    L'Information Awareness Office (IAO), créé par le DARPA en janvier 2002, est un bureau mettant en commun différents projets du DARPA destinés à appliquer les TICs pour contrecarrer des menaces asymétriques à la sécurité nationale américaine. La mission de l'IAO était « Imaginer, développer, appliquer, intégrer, démontrer et évoluer des technologies de l'information, des composantes et des prototypes à l'intérieur de systèmes d'information en boucle fermée qui contrecarreront les menaces asymétriques en obtenant la connaissance complète de l'information. »[trad 1]

    Suite à des critiques du public, affirmant que l'application de ces technologies pourrait éventuellement mener à un système de surveillance de masse, le Congrès des États-Unis a décidé de couper les fonds à l'IAO en 2003, mais plusieurs projets maintenus par l'IAO ont été continués en utilisant d'autres fonds[1],[2].

     

    Histoire 

    Diagramme du système Total Information Awareness

    L'IAO fut créée après que l'amiral John Poindexter, ancien Conseiller à la sécurité nationale (États-Unis) du Président Ronald Reagan et le président de la SAIC Brian Hicks se soient rapprochés du Département de la Défense des États-Unis avec l'idée d'un programme pour la prise de conscience de l'importance de l'information après les attaques du 11 septembre 2001[2]. Poindexter et Hicks avaient dans le passé travaillé ensemble sur des programmes de technologie de l'espionnage pour la Defense Advanced Research Projects Agency. La DARPA accepta d'héberger le programme et en confia sa direction à Poindexter en 2002. L'IAO commença à financer la recherche et développement du programme Total Information Awareness (TIA)[3] en février 2003 mais renomma le programme en Terrorism Information Awareness en mai de la même année après une réaction hostile des médias sur les risques du programme concernant le contrôle de la population. Bien que TIA était un projet de l'IAO parmi d'autres, beaucoup de critiques et de rapports ont confondu le projet TIA avec d'autres programmes IAO sur le même sujet, avec pour résultat que le TIA paraissait être le seul projet important de l'IAO[4]. Le programme TIA était le programme de "niveau système" de l'IAO qui avait pour but d'intégrer les technologies des systèmes d'information dans un prototype pour fournir des outils afin de mieux détecter, classifier, et identifier des terroristes étrangers dans l'intention d’accroître les chances des agences gouvernementales autorisées à anticiper sur des actions hostiles. Le projet TIA effectuait des recherches, des développements, et intégrait des technologies pour agréger les données, suivre l'analyse des liens, développer des modèles descriptifs et prescriptifs en utilisant la technologie de data mining, et appliquer ces modèles à d'autres fichiers pour identifier les terroristes et les groupes de terroristes dans une véritable démarche de data mining[5].

    Annexes 

    Références 

    Traductions de 

    1. (en) « imagine, develop, apply, integrate, demonstrate and transition information technologies, components and prototype, closed-loop, information systems that will counter asymmetric threats by achieving total information awareness. »

    Articles connexes 

     

      Ce document provient de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Information_Awareness_Office ».

     


    votre commentaire
  •  

    Alain juppé sur la Syrie…

     

    By Tony Cartalucci

    http://landdestroyer.blogspot.com/2011/06/frances-alian-juppe-on-syria.html

    Les mondialistes dégénérés visent une résolution de l’ONU contre la Syrie.

    Bangkok, Thailand June 8, 2011

    Le ministre français des Affaires étrangères et co-comploteur criminel de guerre Alain Juppé s’est assis en face de l’institut  Brooking, financé par des entreprises, déclarant qu’Assad -homme politique syrien- a perdu toute légitimité aux yeux de la loi et que la France et ses «alliés» rallieraient une fois de plus l’ONU pour chercher à faire adopter une résolution contre la Syrie. Ironiquement, on ne peut pas dire grand-chose de plus sur la légitimité de Juppé alors qu’il soutient bassement une oligarchie de financiers d’entreprise non élus via un think-tank qui crée la politique extra-juridique lui-même et [qui crée] les politiciens traîtres tels des tampons en caoutchouc autour de lui, contre la volonté de son propre peuple , sur une base quotidienne.

    Alain Juppe, traitor to the French, traitor to free humanity, sits in front of the Brookings Institute parroting verbatim the global elites' month old talking points.

    Alain Juppé, traître des français, traître de la liberté humaine, s'assied en face de l'institut Brooking répétant littéralement les sujets de l'élite globale datant d'un mois.

     

    Les commentaires de Juppé, avec les accusations de l’Amérique que l’agitation le long des frontières d’Israël est financée par l’étranger justifiant ainsi le droit d’Israël « de se défendre » (abattre des protestataires), le tout tandis que les USA fomentent ouvertement la violence et l’agitation à travers la moitié du monde, signifient la transition du surréalisme politique à l’absurdité d’un cartoon. En effet, la violence en Syrie est entièrement le travail des États-Unis qui ont entrainé, financé et armé les groupes d’opposition qui maintenant passent à l’acte, les doctrines ont été expliquées clairement, mot pour mot, dans le rapport du Brooking “quel le chemin en Perse ?”. Comme la violence est montante, cela devient difficile, de même qu’il fut fait en Libye, de continuer à faire un portrait « les protestataires » comme étant paisible au lieu des militants étrangers financés et des traîtres qu’ils sont en réalité.

    La farce du «printemps arabe» a maintenant dégénéré en une guerre ouverte d’agression avec les Etats-Unis, les Royaume-Uni et la France en tête, remorquant derrière eux une impressionnante collection de dupes, des marionnettes et des traîtres partout dans le monde. Comme ils frappent la Libye jour et nuit après 2 mois d’escalade de guerre, ils tentent d’agir contre la Syrie et l’Iran avant  que toute leur légitimité politique ne soit gaspillée et que la réalisation du grand public de ce qui est effectivement transpirant atteigne une masse critique. La fenêtre se ferme en Syrie et n’importe quelle tentative d’intervenir doit être faite tandis que le monde peine toujours sous l’illusion que l’opposition porte paisiblement des pancartes, ne brandissant pas violemment des Kalashnikovs.

    Le ministre des affaires étrangères Alain Juppé répète les sujets de conversation du mois dernier du Brookings en face du think-tank lui même financé par les entreprises :

    Maintenant plus que jamais, la tactique des «révolutions de couleur» doit être exposée, ainsi que les réseaux d’ONG et d’infâmes «sociétés civiles» qui les propulsent le long de ces évènements. Nous devons aussi reconnaître et non pas ignorer les laquais stupides et serviles comme Alain Juppé, mais [aussi] les sociétés qui tirent ses ficelles tous les jours et le fait que leur existence dépend seulement de notre complicité et protection quotidienne. L’art de la déstabilisation, de la destruction et du dépouillement des nations a été réalisé par des think-tanks comme le Brooking institute, financés par des entreprises, mis en capsule résumé avec exactitude dans des documents comme « quel  chemin pour la Perse ? » Cela doit être stoppé en détruisant le pouvoir, la richesse et l’influence de ces sociétés de parrainage.

    source: http://infoguerilla.fr/?p=10350

     


    votre commentaire
  • Recrudescence des radiations pour refus d’offre raisonnable d’emploi

    Source : Actuchomage

    Le site Recours Radiation nous alerte sur la montée en charge des radiations abusives pour refus d’ORE.

    La pression s’accroît sur les chômeurs à l’intérieur de Pôle Emploi !

    Comme nous avions vu arriver les procédures de radiation pour "absence à entretien téléphonique" et "retard à convocation", nous voyons arriver, sur notre site, une vague de procédures de radiation pour refus d’ORE, signe d’une intensification nationale des radiations pour ce motif.

    L’Offre Raisonnable d’Emploi, c’est quoi ?

    C’est une offre qui doit être conforme au «Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi» (PPAE), selon la loi sur les «droits et devoirs des demandeurs d’emploi» du 1er août 2008. Le PPAE est un élément déterminant pour le chômeur puisqu’il fixe ses critères et ses engagements vis-à-vis de Pôle Emploi en terme de recherche. Le refus d’élaborer ou d’actualiser le PPAE peut être sanctionné.

    Le PPAE précise :
    • la nature et les caractéristiques de l'emploi ou des emplois recherchés (CDD, CDI, temps plein ou partiel…),
    • la zone géographique privilégiée pour la recherche,
    • le niveau de salaire attendu (en respectant les conventions collectives et les salaires normalement pratiqués sur la région),
    • les actions que Pôle Emploi s'engage à mettre en œuvre, notamment en matière d'accompagnement personnalisé, de formation et d'aide à la mobilité.

    Le PPAE doit être élaboré et actualisé conjointement par le demandeur d’emploi et son conseiller.

    Pour qu’il y ait refus d’Offre Raisonnable d’Emploi :
    • Il faut avoir refusé deux offres
    • les deux offres refusées doivent correspondre aux caractéristiques du PPAE.

    Des PPAE bâclés qui ne retranscrivent pas la volonté du demandeur d’emploi

    Le temps réservé aux entretiens d’inscription est tel que le PPAE est souvent rédigé à la hâte. De plus, les demandeurs d’emploi sont rarement informés de son importance et des conséquences d’un PPAE qui ne correspond pas aux caractéristiques de l’emploi recherché.

    Pour aller plus vite et ne pas se perdre en explications, le conseiller cochera, logiciel oblige, des cases qui sont en complète contradiction avec les choix du demandeur d’emploi. C’est ainsi qu’un chômeur peut découvrir, en regardant son PPAE, qu’il recherche un emploi à temps partiel allant de 4 heures à 40 heures par semaine, un CDI en même temps qu’un CDD, etc.

    En effet, le système informatique est conçu de telle manière que, même si le demandeur d’emploi recherche un CDI, il faudra renseigner des cases relatives à un CDD à durée minimum et maximum. La solution, certains conseillers l’ont trouvée : ils enregistrent une recherche en CDI et inscrivent dans la case CDD, un CDD minimum de 98 mois et un CDD maximum de 99 mois (ce qui équivaut à un CDI, ces durées de CDD n’existant pas dans le code du travail, mais chut… le logiciel ne le sait pas). D’autres renseignent ces cases avec un minimum d’un mois et un maximum de 12 mois, et le demandeur d’emploi recherchant un CDI se retrouve à rechercher un CDD malgré lui ! Si une offre d’emploi en CDD d’un mois lui est proposée, il se devra de l’accepter même s’il cherchait un CDI ! Pour le plein temps ou le temps partiel, les mêmes causes produisent les mêmes effets, logiciel oblige !

    Faute d’un réel accompagnement personnalisé, le PPAE est parfois élaboré ou modifié par le conseiller seul, sans s’être assuré auprès du demandeur d’emploi qu’il est conforme à ses souhaits, et sans que ce dernier ait copie de son nouveau PPAE...

    Des offres d’emploi qui n’ont rien de raisonnable

    Des chômeurs viennent exposer sur notre site les procédures de radiations pour refus d’ORE dont ils sont victimes.

    On voit pêle-mêle des sanctions prononcées suite à :
    • une seule offre refusée,
    • refus de deux fois la même offre à un mois d’intervalle,
    • des offres qui n’ont pas les caractéristiques de l’ORE puisqu’elles ne correspondent pas au PPAE du demandeur d’emploi,
    • la découverte d’un PPAE qui ne correspond pas à leurs souhaits,
    • la plainte d’un employeur qui n’a pas compris pourquoi le demandeur d’emploi refusait de reconduire une période «d’initiation (?!)» d’une demi journée...

    On note une intensification spécieuse des propositions d’offres d’emploi : des chômeurs sont arrosés d’offres tous azimut ne correspondant pas nécessairement à leur profil, notamment par mail. Ceux qui changent d’adresse électronique ou ceux qui ouvrent leur messagerie de manière occasionnelle peuvent se voir sanctionner faute d’avoir pris connaissance, à temps, des informations qui leur parviennent par ce mode de «communication». Ces mises en relations à distance se substituent à un accompagnement personnalisé et empêchent toute explication, toute question, tout dialogue. La seule issue pour le demandeur d’emploi est d’appeler le 3949 qui le renvoie, immanquablement, vers son agence Pôle Emploi qui l’invitera à formaliser ses questions par écrit… en attente d’une improbable réponse.

    Cette intensification des radiations pour ORE est illégale !

    Dans le cadre du PPAE, les actions que Pôle Emploi s'engage à mettre en œuvre doivent être précisées, notamment en matière d'accompagnement personnalisé, de formation et d'aide à la mobilité : telle est la loi !

    Au lieu de cela, Pôle Emploi met toujours plus de distance entre le demandeur d’emploi et ses services, et s’il est prompt à lui rappeler ses devoirs ou à lui réclamer des indus, il ne se donne pas les moyens de l’informer et de le conseiller. Pire, il se met hors la loi en ne remplissant pas ses engagements en matière d’accompagnement personnalisé.

    La pression sur les chômeurs s’accroît aussi à l’extérieur

    En parallèle, certains responsables politiques se lancent dans une «compétition» en matière de déclarations démagogiques pour dénoncer l’«assistanat», les abus, la fraude, et préconisent le travail obligatoire gratuit pour certains.

    Nous persistons à dire que les chômeurs ne sont ni responsables, ni coupables de la situation qu’ils vivent. Il n’y a donc aucune raison pour qu’ils fassent des travaux forcés, fussent-ils «d’intérêt général». Cette proposition est injuste, illégale et absurde. Si elle était mise en œuvre, elle produirait immanquablement des suppressions de postes : une fois licenciés, les ex salariés iraient s’inscrire à Pôle Emploi qui, après un certain délai, les inciterait, sous peine de radiation, à aller travailler gratuitement là où des chômeurs étaient salariés selon les règles du Code du travail et des conventions collectives.

    L’offensive est bien trop grande pour que les chômeurs restent isolés. La résistance, la solidarité est plus que jamais d’actualité. Nous appelons les chômeurs et précaires à rejoindre les collectifs de chômeurs là où ils existent, à les créer là où il n’y en a pas.

    Dans la défense des demandeurs d’emploi devant les tribunaux (administratifs, d’instance ou de grande instance), nous intégrerons tous ces éléments et, à chaque fois que nous le pourrons, nous ferons évaluer les préjudices subis afin qu’ils soient réparés.

    www.recours-radiation.fr

    source: http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=23413


    votre commentaire
  • En bref : L’Inde, le bras armé des USA, continue la course aux armes…la Chine aussi.

     « Venons à bout de ce conflit face [Inde] à face [Pakistan]. Nous nous sommes déjà combattus trois fois, qu’il y ait une quatrième guerre  » !

    Vice-Premier ministre indien, Lal Krishna Advani, 1er décembre 2002

    Il y a quelques semaines de cela, nous avions dit sur infoguerilla que l’application de l’Ordo ab Chao suivait son cours sur l’Asie. En effet, nous avions expliqué que le GIC et le CSIS étaient présents sur les sols d’Asie, alors que le Brooking et le CFR envoyaient leurs pantins sur les grands médias américains pour en faire la propagande. Ces deux think tanks étaient en train de tirer les ficelles dans le cadre, entre autres, d’exercices en cas de catastrophe majeure, et de trouble à l’ordre.

    Nous avions vu dans la seconde quinzaine de mai le CFR et le Brooking (dont les pantins sont même intervenu sur la télévision française lors de la Nième mort de Ben Laden) expliquer que le système démocratique du Pakistan devait être remis en question, remise en question qui est évoquée ouvertement sur le site de l’OTAN par ailleurs,  et nous avons vu aussi que l’ISI (les services secret pakistanais) étaient en corrélation directe avec Al Qaida et donc avec Lashkar-e-Taiba selon la propagande des mondialistes. Ainsi tous les ingrédients se mélangeaient pour inciter l’Inde à continuer la course aux armements. Le Brooking disait : « Maintenant Al-Qaïda est certaine de reconstruire ses infrastructures au cœur du Pakistan » (…) « Tôt ou tard, l’Inde aura besoin de se rattraper dans la course aux armements en Asie du Sud, course plaçant une pression nouvelle sur le partenariat américano-indien du nucléaire civil » , et dans la même période récente, le CFR parlait des frontières pakistanaises et de ramener le Pakistan dans la direction des intérêts des USA, en plus d’appuyer fortement sur le risque terroriste pakistanais dans une de leur édition intitulée « la nouvelle génération terroriste Pakistanaise ». Le CFR disait : « ces dernières années, de nombreux nouveaux groupes terroristes sont apparus au Pakistan, plusieurs groupes existants se sont reconstitués, et une nouvelle culture de militants a émergé, plus violente et moins propice à des solutions politiques que leurs prédécesseurs », et relayait un article qui expliquait que le Pakistan jouait à un double jeu entre les USA et les entités djihadistes.

    Les think tank, de manière plus générale, insistent tous sur la connivence entre l’ISI et les groupuscules terroristes. On sent donc le revirement, puisque le Pakistan, selon les clubs mondialistes aurait été un allié fidèle de W Bush lors du 911, cette fois, on dirait bien que c’est son tour… « Dans une interview au CFR, Bruce Riedel, le coordinateur original de la politique du président Obama sur la région de l’Afghanistan et le Pakistan, a souligné la coopération croissante d’Al-Qaïda avec des groupes comme les talibans afghans, les talibans pakistanais, Lashkar-e-Taiba, et d’autres. » Il s’agit maintenant de rappeler l’article de Tarpley qui a bien expliqué les rapports entre les services secrets indiens(RAW), américains (CIA) et israéliens (MOSSAD), alors que de l’autre côté il y a clairement des liens entre la CIA, Al qaida via lashkar-e-Taiba, et le MI6 (comme lors du false flag de Bombay en 2008). Il est alors aisé de comprendre le “circuit”. Ajoutons que le CFR explique aussi le risque du terrorisme nucléaire du Pakistan : «l’absence de l’ordre constitue une grave menace à la sécurité nucléaire.»(…) «Pendant les périodes de troubles internes ou de guerre, les éléments de l’infrastructure nationale deviennent souvent des cibles de choix pour les actes de sabotage ou de vol. Les grandes installations nucléaires, y compris les centrales nucléaires, peuvent un jour devenir la cible de tels actes».

    Après ces séquences des clubs du mensonge mondial, nous avons pu relever que la grande presse a continué à suivre les “instructions”, à savoir générer la peur du “méchant terroriste”. En effet, nous avons pu lire en France que le général Desportes portait la responsabilité de la guerre d’Afghanistan directement sur le Pakistan. En parallèle on voit que la Russie semble suivre la ligne mondialiste (cf les pseudo attentats de janvier dernier) : « Il est clair que nos pays font face à une menace parfaitement identique, à savoir le terrorisme international » avait dit Medvedev. Peu après les interventions des think tank, on voit donc les grands médias réciter correctement leur leçon de décérébrés, pointant donc directement la culpabilité de l’ISI et de l’état Pakistanais, comme l’avait donc fait auparavant les clubs de dictat de la pensée. Pour preuve, on voit les grands médias arborer de la même manière que le faisait le Brooking la réapparition de Headley, qui fut un protagoniste dans les histoires des attentats de Bombay (False Flag), « la confession de David Headley, espion déjà condamné basé à Chicago, mettra l’accent sur le rôle des agents de renseignement de l’armée de l’ISI [Inter-Services Intelligence] dans le financement et la planification de l’attaque et le choix d’une cible juive américaine à Mumbai. » avait écrit le think tank. Le Monde, quelques temps plus tard, parle donc du dilemme de l’Inde face aux menaces djihadistes émanant du Pakistan au 01/06/2011, et évoquait encore le 6/06/2011 les djihadistes du Pakistan. De même, les meanstreams vendent la peur de l’arme nucléaire Pakistanaise comme nuisance potentielle envers l’Inde et Israël, comme l’a fait au préalable le CFR.

    Il faut, selon le point de vue des élites, que le peuple ait peur du terrorisme international pour que l’axe mondialiste intervienne via l’Inde sur le Pakistan, et provoque ainsi une scène de théâtre de trouble avec la Chine. D’ailleurs, nous avions dit que les médias Indiens relayaient l’information selon laquelle le Pakistan est un vivier à terroristes.

    Sous l’affichage des divers attentats de Bombay sous fausse bannière djihadiste, les deux clubs nauséabonds (le CFR et le Brooking) expliquaient donc que l’Inde devait se préparer à une attaque potentielle de Lashkar-e-Taiba (ou autre entité) et donc se préparer et s’armer. Il y a peu, l’Inde s’est offert quelques joujoux. Le gouvernement indien a approuvé lundi un contrat de plus de 4 milliards de dollars pour l’achat d’avions de transport militaires de Boeing, soit son plus grand contrat dans la défense passé avec un groupe américain, a annoncé une source gouvernementale. Curieusement, un parallèle des nouvelles est de mise puisque nous avons une prêtresse de Mamon qui fait sa campagne en Inde, Mme Lagarde. L’Inde est la quatrième puissance du monde, et est en pleine entreprise d’armement. L’inde a commandé des avions américains C-17 globemaster III pour le transport de matériel lourd, et ceci a été autorisé par le cabinet du gouvernement indien chargé de la sécurité. Il faut relever que le fournisseur est donc américain, dans le passé il y en a eu d’autres, dont la Russie et la France. Selon l’intervenant sous anonymat (à l’agence Trust of India), il y aurait pour le moment 10 avions C-17 commandés. Boeing devrait investir  dans les structures de défense indienne à hauteur de 30%.
    L’avion de transport C-17 peut transporter de l’équipement de pointe de combat et des troupes, ou de l’aide “humanitaire internationale” à travers de grandes distances dans des petits aéroports partout dans le monde. Les vendeurs d’armes se frottent les mains.

    L’Inde a stimulé les dépenses militaires de 36 milliards de dollars pour l’exercice à Mars 2012, elle a l’intention d’acheter des centaines d’hélicoptères et autres aéronefs. Comme à l’entrainement donc, l’Inde se fait le canon des USA, c’est dans la continuité de la propagande pour l’intervention au Pakistan. Reste à savoir comment réagira concrètement la Chine alors qu’elle a dit, selon Tarpley, que l’agression sur le Pakistan serait considérée comme un acte de guerre. Relevons que la Chine n’est pas le seul monstre qui compte sur son arsenal nucléaire, l’Inde est équipée, et elle surveille les mouvements de la Chine avec des drônes. Le risque de conflit semble donc s’échafauder entre l’Inde (par procuration des USA) et la Chine, et ce par le rapport pour le moins tendu entre les USA et le Pakistan. N’oublions pas que la Chine est entourée de nations qui sont manipulées par les USA, elle se sent à l’étroit et montre son rang (siège au conseil de sécurité) avec son nouveau porte-avion. Il ne faut pas oublier que la présence mondialiste est à l’œuvre en Chine, et que la dialectique hégélienne reste de mise, surtout dans un contexte du polycentrisme -les régions-monde, la constitution de bloc politiquement unifiés- du nouvel ordre mondial.

    source: http://infoguerilla.fr/?p=10203

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique