• Christine Lagarde : abus de pouvoir dans la vente par GDF Suez de GRT-Gaz ?

     

    Christine Lagarde : abus de pouvoir dans la vente par GDF Suez de GRT-Gaz ?
    Auteur : Elisabeth Studer - Source : Le Blog Finance

    Miniature de l'image pour Couv.la-petite-casserole-d-Anatole.jpgEt le bal des casseroles ou supposées casseroles continuent. A peine l'affaire Tron remplace-t-elle l'affaire DSK, et que les turpitudes de Bernard Tapie semblent rattraper Christine lagarde, c'est désormais à Jean-Marie Kuhn, homme d'affaires français de mettre en cause la ministre évoquant des abus de pouvoir.

    Jean-Marie Kuhn a ainsi demandé à la Cour de justice de la République (CJR) d'enquêter sur le rôle de Christine Lagarde dans la vente par GDF Suez de 25% de sa filiale de transport de gaz GRT-Gaz  à la Caisse des dépôts.

    A ces fins, l'homme d'affaires a adressé une requête au procureur général auprès de la Cour de justice de la République, Jean-Louis Nadal. 

    Réagissant à cette « initiative », l'entourage de Christine Lagarde a déclaré considérer cette requête comme une "démarche fantaisiste"

    Pour appuyer ses propos, Jean-Marie Kuhn estime que la ministre de l'Economie a commis « des abus d'autorité » en autorisant la CDC à concrétiser cet investissement qui « n'est, à ses yeux, ni stratégique ni dans les missions de service public. »

      Il considère en effet que la ministre de l'Economie a favorisé le groupe Albert Frère lors d'une prise de participation par la Caisse des Dépôts et Consignations  de 25% de GRT-Gaz, filiale de GDF-SUEZ, société de droit privé. 

    Précisons par ailleurs que Jean-Marie Kuhn a engagé plusieurs procédures visant les investissements de la Caisse des dépôts.

    En effet, depuis plus de 4 ans maintenant, cet homme d'affaires lorrain souhaite attirer l'attention de la justice sur certains montages financiers douteux qu'aurait effectués le groupe Albert Frères.

    Jean-Marie Kuhn aurait en tout premier lieu eu du mal à digérer un contentieux commercial après la revente d'une entreprise de distribution de vêtement par le groupe GIB (holding d'Albert Frère) il y a plus de douze ans. Une affaire qui incita Jean-Marie Kuhn à se pencher sur des ventes, des rachats d'entreprises et des participations liées au groupe Frère.

    La principale opération mise en cause par Jean-Marie Kuhn porte sur la vente, en 2006, à la Caisse des dépôts, de la chaîne de hamburgers Quick, alors propriété de GIB, la holding d'Albert Frère, au prix exorbitant de 800 millions d'euros. Soit près de trois fois le chiffre d'affaires officiel de Quick.

    La CNP, l'un des holdings d'Albert Frère, avait retiré de l'opération une plus-value de 150 millions d'euros. Or, si l'on en croit Jean-Marie Kuhn, cette somme aurait permis au groupe de se renforcer dans le capital du groupe Suez, alors proche de fusionner avec Gaz de France.

    Sources : Reuters, Trends.be

    source: http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=23233

     

    « 2011 : La fin de l’euro ? La fin du dollar ? Lactalis : ces contrats laitiers qui asservissent les paysans »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :