• La frenzy sanguinaire de l’OTAN

    La frenzy sanguinaire de l’OTAN
     


     
    Mondialisation.ca, Le 28 mai 2011

     

    Depuis Tripoli, Libye.

    Alors que je servais le comité des relations internationales du parlement entre 1993 et 2003, il m’est apparu comme évident que l’OTAN était devenu un anachronisme. Fondé en 1945 à la fin de la seconde guerre mondiale, l’OTAN fut créé par les Etats-Unis en réponse à la survie de l’URSS comme état communiste. L’OTAN était l’assurance américaine que la propriété capitaliste de l’Europe, de l’Asie et de l’Afrique demeure inchangée. Ceci permettait également la survie de l’apartheid global.

    L’OTAN est un pacte de sécurité collectif où chaque membre s’engage à défendre un autre membre attaqué, ainsi formant une alliance voulant qu’une attaque contre un membre est un attaque contre l’ensemble des nations constituant l’organisation. Ainsi, si l’URSS avait attaqué un membre européen quelconque de l’alliance, le bouclier militaire américain aurait été activé. La réponse du berger à la bergère fut le pacte de Varsovie, qui maintenait un “cordon sanitaire” autour de la mère Russie si l’OTAN devait attaquer. Ainsi le monde fut divisé en deux “blocs” qui donnèrent naissance à la “guerre froide”.

    Les anciens “guerriers froids” d’aujourd’hui continuent de voir le monde en ces termes et, malheureusement, ne peuvent pas concevoir une Chine communiste et un empire soviétique amputé qui ne soient pas des ennemis des Etats-Unis, dont chaque pas sur la planète se doit d’être contesté. L’effondrement de l’URSS a donné une opportunité accélérée pour les USA d’exercer leur hégémonie dans une zone d’ancienne influence soviétique. L’afrique et la masse continentale de l’Eurasie, contenant des anciens pays satellites soviétiques, ainsi que l’Afghanistan, le Pakistan, ainsi que beaucoup d’autres pays en “stan” de la région; ont toujours considérés comme importants dans les théories d’encerclement ou de “refoulement” de la politique étrangère états-unienne d’aujourd’hui.

    Avec ceci en toile de fond, l’attaque de l’OTAN de la nuit dernière sur Tripoli est inexplicable. Une métropole civile de 2 millions d’habitants, Tripoli a subi 22 à 25 raids de bombardement la nuit dernière, faisant vibrer les fondations et cassant les fenêtres de l’hôtel où je réside.

    J’ai donc quitté ma chambre de l’hôtel Rexis Al Nasr et j’ai marché dehors. Je pouvais sentir l’odeur des bombes qui avaient explosées. Il y avait des gens locaux partout dehors avec des journalistes de partout dans le monde. Alors que nous restions là, plus de bombres frappèrent la ville. Le ciel vira au rouge et plus de roquettes de l’OTAN coupèrent la fumée basse avant d’exploser.

    J’avais le goût de la poussière épaisse soulevée par le bombes dans la bouche. J’ai de suite pensé aux munitions à uranium appauvri utilisées ici, ainsi que le phosphore blanc. Si des armes à uranium appauvri étaient utilisées maintenant, quels effets cela auraient-ils sur les civils ?

    Des femmes portant de jeunes enfants sortirent de l’hôtel, D’autres coururent pour laver la poussière de leurs yeux. Avec les sirènes hurlantes, des véhicules de secours arrivèrent sur les lieux de l’attaque. Des alarmes de voitures déclanchées par les explosions répétées, pouvaient être entendues sous les chants de défi des gens.

    Des crépitements d’armes automatiques se firent entendre; il semblait que cela venait de tout autour de moi. Euronews montra une vidéo d’infirmières et de médecins chantant même à l’hôpital alors qu’ils soignaient les blessés de cette dernière mission “choc et stupeur” de l’OTAN. Soudainement, les rues autour de mon hôtel se remplirent d’une foule chantante, de voitures klaxonnant, je ne pouvais pas évaluer combien de personnes étaient là, marchant, combien conduisaient. Dans l’hôtel, une femme portant un bébé vint vers moi et me demanda pourquoi ils leur faisaient cela ?

    Quelque soit l’objectif militaire de cette attaque (et je ne  suis pas la seule à questionner la valeur militaire de ces attaques), le fait demeure que cette attaque en particulier a été déclanchée sur une ville majeure contenant des centaines de milliers de civils

    Je me suis demandée si aucun des politiciens qui a autorisé ces attaques aériennes a été lui ou elle-même dans la zone de destination finale d’une munition à uranium appauvri guidée au laser. Ont-ils ou elles seulement vu les terribles dégâts  que font ces munitions dans une ville et sa population ? Peut-être que s’ils éaient dans une de ces villes au sol, et percevaient la concussion de ces bombes et voyaient de leurs yeux le chaos causé, ils ne seraient peut-être pas si enclins à faire attaquer des populations civiles.

    Je suis positivement sûre que l’OTAN n’aurait pas été si inhumaine concernant le respect de la vie humaine s’il s’était agit d’une ville occidentale. De fait, je suis confiante pour dire que l’OTAN ne serait pas appelée pour bombarder une ville européenne. L’OTAN n’attaque (comme les Etats-Unis et ses alliés) que les pauvres et sous-privilégiés du tiers monde.

    Le jour d’avant, à une conférence de femmes à Tripoli, une femme vint à moi avec les larmes aux yeux: sa mère est à Benghazi et elle ne peut pas retourner pour savoir si sa mère est ok ou pas. Les gens de l’Est et de l’Ouest du pays vivent ensemble, s’aiment, se marient, et maintenant, à cause de l’”intervention humanitaire” de l’OTAN, les divisions artificielles ne font que se renforcer. Le recrutement d’alliés par l’OTAN dans l’Est du pays est marqué du même sceau que celui de la guéguerre froide qui a voulu assassiner Castro et renverser la révolution cubaine avec des “résistants locaux” capables de commettre des actes de terrorisme contre leur propre peuple. Plus proche de nous, la République Démocratique du Congo a été de facto amputée après que Laurent Kabila ait refusé une requête de l’administration Clinton de laisser tomber la partie la plus orientale de son pays. Laurent Kabila a personnellement raconté les évènements et le meeting durant lequel la requête et le refus furent délivrés. Ce plan d’amputer et de balkaniser un pays africain (comme cela a aussi été fait au Soudan) n’a pas fonctionné, parce que Kabila a dit “non” alors qe les Congolais autour du monde se mobilisaient pour préserver l’intégrité territoriale de leur pays.

    Je fus horrifiée d’apprendre que les alliés de l’OTAN (les rebelles) en Libye ont lynchés, massacrés leurs compatriotes à la peau plus noire après que la presse états-unienne ait étiquetté les Libyens noirs comme étant des “mercenaires noirs”. Maintenant dites moi une chose: comment allez-vous enlever les noirs d’Afrique ? Des rapports de presse ont suggéré que des Américains “étaient surpris” de voir des gens à la couleur de peau noire en Afrique. Que pensez-vous de ces américains ?

    Le plus triste là dedans, est que ce sont des Libyens eux-mêmes, qui ont été insultés, terrorisés, lynchés et tués, ceci résultant des rapports de presse qui ont hyper-sensibilisés cette ignorance de base. Qui sera tenu responsable des vies perdues dans cette frenzy sanguinaire résultant de ces mensonges ?

    Ce qui me fait revenir à la question de cette femme: pourquoi cela se passe t’il ? Honnêtement, je n’ai pas pu lui donner la réponse raisonnée et éduquée à laquelle elle s’attendait. A mon sens, l’opinion publique internationale peine à pouvoir répondre au  “pourquoi?”.

    Ce que nous savons et qui est clair est ceci: ce que j’ai expérimenté la nuit dernière n’est en aucun cas une “intervention humanitaire”.

    Beaucoup suspectent que tout cela est à cause du pétrole de la Libye. Appelez-moi sceptique, mais je me demande bien pourquoi les armées combinés de mer, terre et air de l’OTAN et des Etars-Unis, qui coûtent des milliards de dollars sont engagées contre un pays somme toute modeste d’Afrique du Nord et nous sommes sommés de croire qu’il s’agit de la défense de la démocratie.

    Ce que j’ai vu dans ces longues files d’attente pour avoir de l’essence n’est pas une “intervention humanitaire”. Le refus pour les hôpitaux de pouvoir acheter des médicaments n’est pas “une intervention humanitaire”. Le plus triste est que je ne peux même pas donner une explication valide aux gens maintenant terrifiés par les bombardements de l’OTAN du pourquoi de toute cette affaire, mais il est transparent que l’OTAN a maintenant largement dépassé son mandat, a menti à propos de ses intentions, est coupable de meutres extra-judiciaires et le tout au nom d’une “intervention humanitaire”.

    Où est le congrès alors que le président dépasse son autorité à faire la guerre ? Où est la “conscience du congrès” ?

    Pour ceux qui ne sont pas d’accord avec l’avertissement de Dick Cheney qui nous diait de nous préparer à la guerre pour la prochaine génération, s’il vous plaît, supportez quiconque stoppera cette folie. S’oil vous plaît, organisez-vous et votez pour la paix. Les gens du monde ont besoin que nous nous levions et que nous parlions pour nous-mêmes et eux-mêmes, parce que l’Iran et le Vénézuela sont aussi dans le feu croisé. Les Libyens n’ont pas besoin des hélicoptères, des bombes intelligentes, des missiles de croisière et de l’uranium appauvri de l’OTAN pour résoudre leurs différents. L’ “intervention humanitaire” de l’OTAN a besoin d’être dénoncée pour ce qu’elle est vraiment dans les feux de la pure et éclatante vérité.

    Alors que le crépuscule descend sur Tripoli, je me prépare avec la population civile à plus d’humanitarisme de la part de l’OTAN.

    Arrêtez de bombarder l’Afrique et les pauvres du monde !


    Article original en anglais : NATO's Feast of Blood, publié le 24 mai 2011.

    Traduction : Résistance 71

    source: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=20110528&articleId=25025


    « Répression brutale en Espagne La guerre secrète de l’alliance israélo-saoudienne »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :