• Stuxnet, Fukushima et manipulation des médias

    Stuxnet, Fukushima et manipulation des médias

     Article placé le 26 mai 2011, par Horizons & Débats (Zürich)

    Après la guerre du Kosovo, Becker/Beham ont calculé quelles sommes ont été payées, et par qui, aux sociétés de relations publiques afin qu’elles préparent l’opinion publique européenne à l’intervention prévue de l’OTAN: 13 millions de dollars. Depuis, on sait à quoi s’en tenir quand pendant des semaines après une catastrophe tous les médias dominants sont unanimes quant à l’identité des responsables (le gouvernement japonais, la société d’exploitation, voire le peuple japonais). Mais nous devrons encore attendre quelque temps pour avoir des informations factuelles.

    Pourquoi les Japonais n’ont-ils pas pu enclencher leur système de refroidissement de secours ? Pourquoi ont-ils été forcés de refroidir leurs barres de combustibles avec des Canadairs et des lances d’incendie ? Ces questions ont été posées à un physicien par une classe de bacheliers d’un lycée scientifique allemand. L’humanité, également au Japon, a certainement inventé les arrosoirs à d’autres fins, ont-ils ajouté sarcastiquement. Le physicien leur a expliqué que cela préoccupait toute la communauté scientifique. « Cela a-t-il quelque chose à voir avec Stuxnet ? », ont demandé des élèves. Le physicien n’a pas répondu. Le commentaire des jeunes gens a été le suivant: « Voilà quelqu’un de sincère. » Leur professeur se sentait mal à l’aise.

    Dans un lycée classique, quelques enseignants ont commencé à échanger leurs vues. Leurs meilleurs élèves leur font de moins en moins confiance. Le professeur de mathématiques, celui de biologie et celui d’anglais se retrouvent autour d’un café. Chacun croit qu’il est seul avec ses réflexions et que lui seul aura bientôt un ulcère d’estomac à force de penser aux questions que lui posent ses élèves. Quel est l’avenir du monde ?

    Les trois enseignants se rappellent avec quelle joie et quelle conviction ils avaient entrepris autrefois leurs études. Ils voulaient contribuer à améliorer le monde. Et maintenant ? Où en sommes-nous ? S’il n’y avait pas ces regards interrogateurs et parfois perçants de leurs élèves, ils émigreraient intérieurement, chacun pour soi. Mais maintenant il s’agit de faire face au présent, avec les jeunes. On ne nous fait pas de cadeau.

    Finalement, c’est curieusement le professeur d’anglais qui a déclaré:  «Le plus important, c’est que dans nos réflexions nous nous en tenions aux faits. »

    « Peut-être que la peur de Stuxnet, qui est dans l’air, est aussi dans nos cen­trales un pur chantage au sens du ‹Grand échiquier› de Brzezinski ou de la ‹Stratégie du choc› de Naomi Klein et que nous ferions bien de surveiller les économistes », a déclaré le professeur de mathématiques.

    Maintenant, les élèves se de­mandent combien de millions de dollars on a payé à certaines sociétés de relations publiques.

    Horizons & Débats

    source:  http://www.mecanopolis.org/?p=23328

     

    « Grandeurs et déchéances des "conspirationnistes" Le Centre pour les Droits constitutionnels lance des poursuites judiciaires pour déterminer le rôle des États-Unis dans le raid israélien contre la Flottille »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :