• Vous aviez oublié le Peuple ? Lui ne vous oubliera pas !

     

    Vous aviez oublié le Peuple ?
    Lui ne vous oubliera pas !
    par Gaël NOFRI

    mardi 31 mai 2011, par Comité Valmy

     

    Enda Kenny, Georges Papandreou, José Sócrates et José Luis Rodríguez Zapatero, Premiers ministres irlandais, grec, portugais et espagnol.


    En Espagne, les manifestations semblent en mesure de faire tomber le Gouvernement socialiste de Jose-Luis Zapatero sans que la Droite ibérique ne puisse prétendre à incarner une véritable alternative. Et pour cause, plus fragilisée que jamais, menacée par les agences de notation dont elle redoute un coup de poignard dans le dos, l’économie du pays se trouve aujourd’hui menacée par un système dans lequel les politiques ont perdu tout contrôle, un système qui échappe non seulement au Peuple, mais aussi à toute volonté politique.

    Dans le même temps, le Portugal se prépare à des élections législatives anticipées par la démission du Premier Ministre Socrates, lequel s’est avéré incapable de maintenir le grand écart qui fut longtemps celui des dirigeants des pays membres de la Zone Euro : contribuer à la déconstruction nationale tout en prétendant défendre l’intérêt du Peuple. De mesures d’austérité forcées en cures de libéralisme annoncées, d’humiliation de la classe politique en mépris du Peuple, le Portugal comprend peu à peu qu’il n’a décidément rien gagné dans cette affaire de construction Européenne, il perçoit désormais les mirages dont on l’a abusé, les terribles et inadmissibles concessions que masquaient les aides au développement venues de Bruxelles. La chose semble à ce point entendue que Lisbonne envisage désormais de se livrer, pieds et poings liés, aux capitaux chinois ; sans doute une nouvelle preuve de l’efficacité de la monnaie unique !

    Quant à la Grèce, on ne saurait véritablement dresser un tableau de la situation exacte de celle-ci tant l’affaire évolue d’heure en heure. Ce que l’on peut dire c’est que rien ne semble arrêter cette crise sans fin : ni les plans d’austérité qui se suivent à l’infini, ni les milliards abondamment déversés, n’auront raison d’un système vicié dans ses fondements. Ce pauvre Georges Papandréou peut bien supplicier son Peuple jusqu’à la dernière extrémité, la Grèce continue de s’effondrer et la Zone Euro décroche avec elle.

    Dans ces trois cas, nous assistons à l’échec de trois politiques, contestées par des Peuples, qui étaient devenues la vitrine et le principal objet de propagande des européistes : le Portugal, la Grèce et l’Espagne avaient, nous disait-on, pleinement profité de l’UE ; ils étaient la preuve ultime de son bienfondé.

    Dans ces trois cas, les Chefs de Gouvernement sont issus de la Gauche, et plus précisément d’une Gauche ralliée à la construction européenne, à la mondialisation et à la déconstruction nationale.

    Tous les trois ont été portés au pouvoir en réaction à des majorités de centre Droit, elles aussi acquises à ce même mouvement qui chante partout les gloires de l’intégration européenne, de la monnaie unique, de l’ultralibéralisme, de la disparition des frontières et de l’effacement du politique.

    Alors, aujourd’hui à Lisbonne comme à Athènes en passant par la Plaza del Sol à Madrid, que disent les Peuples ? Ils ne disent pas nous sommes de Droite ou nous sommes de Gauche. Non, en ceux là ils n’ont plus confiance, se sentant trahis par tous. En revanche, s’ils réclament de façon confuse et bouillonnante bien des choses, ce qu’ils veulent en réalité est bien peu, si peu et pourtant tellement à la fois ; ils disent, « Rendez nous notre démocratie » !

    Gaël NOFRI

    source: http://www.comite-valmy.org/spip.php?article1519

     

    « Lactalis : ces contrats laitiers qui asservissent les paysans Qui veut gagner 403 millions d’euros ? Affaire Tapie-Lagarde : Et si on récupérait l’argent ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :